hemmer.ch SA

Les différents canaux de trafic web

Les 5 canaux de trafic web

Trafic direct, trafic organique, trafic social, trafic referral et trafic mail

Dans cet article, nous allons voir quelles sont les diverses sources de trafic web qui sont le plus à même d’amener des visites et de générer une conversion sur un site web lambda. Ainsi, nous allons présenter les canaux de trafic web.

Il existe 5 types de trafic :

Le trafic direct

Le trafic direct correspond à tous les internautes ayant saisi directement l'adresse URL d'un site web dans la barre de recherche de leur navigateur. Un taux important de trafic direct implique une certaine notoriété sur le web, voire une fidélisation, puisque les visiteurs en trafic direct connaissent déjà le site, ou en ont entendu parler de manière spécifique, puisqu'ils viennent de manière spontanée. A contrario, un faible taux de trafic direct implique une faible notoriété. Techniquement, les accès directs correspondent :

  • aux accès par saisie de l'URL dans la barre d'adresse du navigateur
  • aux accès par un lien email
  • aux accès par un marque page ou favori

Le trafic organique 

Le trafic organique est étroitement lié aux moteurs de recherche. Google est incontestablement le leader de la recherche en Suisse romande. En effet, « en juin 2016, Google s’accaparait 91.66% de parts de marché sur le territoire suisse. Notons que nous analysons dans le cas présent les recherches émises au départ d’un desktop. Bing, Yahoo!, DuckDuckGo et Ask Jeeves se répartissaient donc les 8,34 petits pourcents restants. » Ainsi, on peut presque parler de monopole. 

Il existe deux sortes de trafic organique sur le web, le trafic organique naturel, d’une part, et le trafic organique payant.

Le trafic organique naturel

(SEO, référencement naturel) désigne l'ensemble des techniques qui consistent à positionner favorablement un site ou ensemble de pages sur les premiers résultats naturels ou organiques des moteurs de recherche correspondant aux requêtes visées des internautes. Dans la pratique, il s'agit essentiellement de se positionner favorablement sur les pages de résultats de Google et si possible sur la première page. Ainsi, le "graal" du référencement naturel est donc d'apparaître en première position sur la première page de Google liée à la requête visée. Selon les domaines d'activités, les enjeux financiers liés à cette présence peuvent être très importants. Référencer un site web de manière naturelle implique donc de se familiariser avec le moteur ciblé, et de chercher à comprendre sa vision et son mécanisme. Il est donc indispensable de suivre les dernières tendances en matière de référencement pour être performant sur le long terme. De plus, les moteurs de recherche sont souvent mis à jour, les critères de référencement évoluent sans cesse, il est important de suivre les actualités dans ce domaine. Le référencement naturel est gratuit en soit, mais, puisque complexe, le travail requiert le plus souvent les compétences d’un spécialiste. Il y a un coût soit en termes de formation personnelle, soit en termes de frais d’agence.

Le trafic organique payant

(SEA, référencement payant) consiste à « acheter » des mots-clés de façon à ce que le site soit affiché dans les résultats à chaque fois que ceux-ci sont utilisés dans une recherche par un internaute]. Qu’il s’agisse de Google, Yahoo ou Bing, les moteurs de recherches proposent communément des résultats « sponsorisés » ou « commerciaux. » Notre intérêt se portera sur le trafic organique payant depuis Google, en laissant volontairement de côté les autres moteurs de recherche en raison de leur peu d’impact en Suisse romande. L’outil destiné à la mise en place du référencement payant (SEA) sur Google se nomme Google AdWords ; ce dernier est dévolu à l’attribution d’emplacements d’annonce basé sur les enchères.  Il existe 2 grandes catégories d’emplacements (lieu d’apparition de l’annonce). Ainsi, on distingue notamment le display du réseau de recherche.

Le trafic social

Le trafic social provient du trafic qui est acquis par l'intermédiaire des réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter etc. Les réseaux sociaux étant des plateformes regroupant une très forte affluence, le trafic en provenance des réseaux sociaux est un vecteur très important pour le drainage de visiteurs sur un site web donné. Il est important de mentionner que la publicité payante via les réseaux sociaux peut s'avérer intéressante en terme d'acquisition de trafic, nous pensons notamment à Facebook Ads, LinkedIn ads ou encore Twitter Ads...

Le trafic referral

Le trafic referral signifie que le trafic provient d'un autre site web. Par exemple, lorsqu'un utilisateur clique sur un lien. « Les visiteurs renvoyés vers votre site par des liens figurant sur d’autres sites constituent votre trafic referral. Double bonne nouvelle, un trafic referral élevé montre que vous avez de nombreux back Link (liens pointant vers votre site web, très utiles pour le référencement) et que d’autres sites ont jugé utile de vous recommander. » On peut citer par exemple, les annuaires généraux, les annuaires et sites spécialisés, sites partenaires et réseaux de lien ou encore la presse et les sites d'autorité. 

Le trafic mail

Le trafic mail se définit comme les campagnes d'e-mailing qui renvoient vers un site web. Chaque fois qu'un client clique sur une newsletter ou sur un email marketing qui lui est envoyé, le trafic mail augmente. Il est cependant difficile de quantifier le trafic mail, car les analytics ne permettent pas d'identifier précisément l'origine "mail" du trafic. Dans les faits, le trafic mail fait augmenter le trafic direct. Il est possible de faire, après une campagne mail, par exemple, une différence entre un mois (une semaine) avec un trafic direct comprenant une campagne mail, et une période analogue sans campagne (uniquement le trafic direct "standard"). On obtient ainsi une estimation de la valeur. Il existe de nombreux outils sur le marché permettant l'envoi de newsletter à sa clientèle.